RECHERCHER COMMENTS
Hotel du Cap Eden Roc - Luxury hotels

Festival de Cannes

Jérôme Cheval

Festival de Cannes

S’il y a bien un secteur qui incarne à merveille le faste du septième art, c’est l’hôtellerie de luxe… Et s’il y a bien un nom de ville qui résonne comme un synonyme de cinéma, c’est Cannes… Longtemps modeste village protégé par le Massif de l’Estérel, Cannes devient dès le 19ème siècle la baie de villégiature des aristocrates anglais gourmands de splendides résidences secondaires en front de mer. La renommée internationale de la ville s’accroit considérablement dès la fin de la seconde guerre mondiale avec le rayonnement du festival. Les quartiers de la ville, Croisette, Californie, Palm Beach et Super Cannes, deviennent synonymes de luxe et de prestige, mais malgré ce déferlement de paillettes et de strass, la vieille ville n’a rien perdu de son charme d’antan.

Dès le 15 mai, et jusqu’au 26, la 66ème édition du Festival du Film va de nouveau provoquer une déferlante d’actrices, de réalisateurs, d’attachées de presse, de journalistes et de producteurs sur les 800 mètres de la Croisette. Pour loger tout ce petit monde du cinéma, il faut des hôtels…

Et quitte à entrer dans la légende, pourquoi ne pas commencer son séjour par l’Intercontinental Carlton Cannes. Un siècle d’histoire pour ce bâtiment de style Art nouveau, avec une disposition en U, des façades revêtues d’un enduit bicolore en fausse pierre, et des dômes qui dominent la Croisette. Il possède 343 chambres qui ont toutes ou presque une vue imprenable sur la mer et de splendides salons. 10 suites ont été réaménagées récemment pour renforcer le lien avec le cinéma. Elles portent toutes le nom d’une star et dans chacune d’elle, l’architecte d’intérieur Nicolas Papamiltiades, a cherché à recréer le style épuré de la french riviera des années cinquante. Bois précieux pour les parquets, mobilier classique, marbres pour les salles de bains, et rideaux de soie ou de satin aux teintes claires.

En milieu de festival, le déménagement à l’Hôtel Martinez est indispensable. C’est devant les 7 étages de ce paquebot blanc que Canal + installe tous les ans le plateau de son direct quotidien à la programmation haut de gamme. Construit à la fin des années 20, le Martinez occupe l’emplacement de la villa du roi de Naples, haut-lieu des mondanités cannoises au début du siècle. De cette époque, il a conservé son style Art déco auquel s’ajoute le confort d’un aménagement contemporain.

Rénovée en 2003, la façade de l’hôtel possède désormais une imposante marquise ronde sous laquelle les stars du monde entier se font déposer par leur chauffeur avant de pénétrer dans le hall entièrement habillé de marbre. Les 409 chambres de l’hôtel sont décorées dans un style Art déco classique avec boiseries, meubles signés, lithographies de grands peintres comme Duffy ou Picasso, peintures et sculptures. Les tons ocre et ivoire mettent en valeur cette décoration sobre mais luxueuse. Elles possèdent également un coin salon et une salle de bains en marbre. De 30 à 100 mètres carrés, certaines ont une terrasse privée qui offre une vue époustouflante sur la mer Méditerranée, les autres s’ouvrent sur les collines ou la vieille ville.

En fin de quinzaine, quand les yeux commencent à piquer après les nombreuses projections de films improbables et les non moins nombreuses fêtes organisées par les productions, il est possible de se réfugier à quelques encablures du Palais des Festivals. A quelques centaines de mètres de la Croisette, le 3.14 Hôtel propose ni plus ni moins qu’un voyage à travers le monde. A chaque étage, Karine Ellena-Partouche et sa sœur ont créé un univers représentant l’un des 5 continents Elles ont voulu faire de cet établissement un lieu unique où toutes les cultures et toutes les ethnies se mélangent, un lieu qui se démarque des palaces environnants, à la décoration plus classique. Dès l’entrée, le ton est donné : un nain de jardin, en verre de Murano, surplombe une fontaine années 50 rapportée de Venise. Au premier étage, c’est l’Amérique des années 60, pop art et kitch, métissée de culture latino : rideaux acidulés, murs couleur pacifique, objets en fer forgé, forment un véritable melting-pot de styles soulignant l’éclectisme de ce Nouveau Monde. Au deuxième, on est transporté en Afrique, aux portes du désert. Voilages ornés de perles, coussins bordés de pampilles, fenêtres mauresques, luminaires finement ciselés donnent à chaque chambre une atmosphère digne des 1001 nuits. Et la balade continue d’étage en étage. Le festival se termine, et il faudra revenir pour explorer ces lointaines contrées hôtelières.

Les plus chanceux des festivaliers auront une autre opportunité : ne pas séjourner à Cannes pendant la durée du festival tout en étant immergé dans son atmosphère… Une seule adresse répond à ce double critère du luxe absolu : l’hôtel du Cap-Eden-Roc. D’abord résidence des têtes couronnées et des hommes d’Etat, ce bijou de la collection Oetker s’est rapidement transformée en refuge pour stars internationales en quête de quiétude. Mais pour bénéficier du privilège de séjourner dans cette bâtisse napoléonienne, il faut posséder dans son agenda le numéro du concierge…


Jérôme Cheval

Directeur de la rédaction

Jérôme Cheval est directeur de la rédaction de luxurydreamhotels.com. Journaliste et producteur de télévision depuis plus de 20 ans, passionné de voyages et d'hôtels, il parcourt le monde avec ses équipes à la recherche de nouvelles adresses d'exception.

Plus d'articles

Plus D'Articles

PARTAGER

Partagez l’experience Luxury Dream Hotels avec vos proches en utilisant les outils ci-contre

Pinterest