RECHERCHER COMMENTS
Oberoi-amarvilas-luxury-dream-hotels

Voyage en Inde

Yvan Pierre Kaiser

Filmer des hôtels de luxe est une aventure en soi. On prépare son voyage en se renseignant sur les établissements, le pays, et au final on se retrouve face à des gens, une histoire, bref, ces petits détails qui font tout le charme d’un voyage mais qui n’ont pas leur place dans un portrait d’hôtel. Alors pour prolonger le rêve d’une autre manière, pour vous faire vivre encore plus de moments exceptionnels, voici des impressions d’hôtels. Parce que la passion de découvrir ces lieux uniques, c’est avant tout l’envie de la partager.

Une plongée dans l’incredible India

Notre périple de 21 jours commence donc à Mumbai, autrefois appelée Bombay. Les deux hôtels que nous allons filmer ici sont situés au sud de la ville, dans le quartier de Nariman Point. La voiture qui nous emmène à l’Oberoi traverse donc la ville plus ou moins endormie – nous avons atterri à 4 heures du matin – et immédiatement ce qui frappe l’œil occidental c’est ce foisonnement incroyable de gens. Rares auront été les endroits vides lors de ce voyage : l’Inde, c’est plus d’un milliard de personnes et le pays est certes immense, on ne peut pas échapper à cette foule… Taj-mahal-Palace-mumbai-1Mumbai est une ville grouillante, le cœur économique du pays, un véritable boomtown, mais c’est aussi la capitale de l’industrie cinématographique. Bref, Mumbai ne vous accueille pas, elle vous engloutit dans une marée humaine des plus impressionnantes. D’autant plus que la circulation automobile en Inde est un concept en soi, avec des règles assez obscures pour ceux qui ne le pratique pas depuis la naissance ! On se laisse donc emporter au gré du trafic, au son des klaxons qui font partie intégrante de la conduite : ici on conduit plus au son qu’à l’œil !

Le premier hôtel est situé sur le Queen’s Necklace, littéralement le collier de la reine, une baie qui s’illumine le soir et ressemble ainsi à un collier de perles.Oberoi-mumbai-Luxury-Dream-Hotels-2 Quartier chic, verdure, chaleur et toujours ces regards curieux et amicaux, chaque passant semble intrigué par notre caméra et nombreux sont ceux qui souhaitent passer devant. Ici, contrairement à l’Europe, la caméra est encore vue avec bienveillance et amusement. Mais il ne s’agit pas de filmer n’importe où ! Les sites interdits sont indiqués et il y a toujours un garde pour vous rappeler à l’ordre. L’Oberoi se dresse fièrement parmi les autres buildings et de l’extérieur, presque rien n’augure ce qui se cache à l’intérieur. Le lobby est une merveille d’espace et de marbre blanc. Conçu pour répondre à trois critères que sont l’espace, la hauteur et la lumière, l’hôtel symbolise parfaitement l’ambition des hôtels de luxe indiens : préserver une part de tradition et d’authenticité mais avec un regard dirigé vers l’avenir. Il s’agit de célébrer le folklore tout en proposant des lieux modernes, parfaitement équipés, capable d’accueillir une clientèle internationale de plus en plus exigeante.

A quelques minutes à peine, se trouve le Taj Mahal Palace, qui est avec le Gate Of India situé juste en face, l’un des monuments les plus visités de la ville.1-Taj-mahal-Palace-mumbai Plus historique que son collègue sur Nariman Point, le Taj exhibe fièrement plus de 100 ans d’existence et donc un passé riches en célébrités et têtes couronnées. Plus exubérant que l’Oberoi, le Taj propose des suites démesurées, avec un faste de décoration digne des  Maharadjas.

Bien que différents dans leur visions du luxe, ces deux hôtels se rejoignent sur un point : au cœur de chacun il y a l’Inde, l’identité profonde de ces hôtels est ancré dans l’histoire indienne. Une constante que nous rencontrerons dans chaque hôtel au fil de ce voyage. Fière, ambitieuse, en pleine croissance, l’Inde déploie ses ailes à travers ses hôtels pour montrer son potentiel aux visiteurs étrangers.

Au final, nous ne verrons que très peu de Mumbai, mais la ville fascine tout de même car ses habitants, tout en se plaignant du trafic impossible et des non-sens architecturaux, restent les meilleurs ambassadeurs d’une mégalopole difficile à cerner mais facile à adopter. 1-The-Leela-Mumbai-Luxury-Dream-Hotels-94C’est là tout l’art de l’hospitalité indienne : un mythe tout ce qu’il y a de plus réel…

Le lac enchanteur d’Udaipur

Après un vol interne d’une heure, nous voilà arrivés dans la province du Rajasthan, région désertique et haut-lieu du tourisme indien. Les forts qui arpentent les montagnes, la beauté aride de de coin sauvage y sont pour beaucoup dans la fascination qu’engendre cette noble et fière région. Mais parmi toutes les destinations de choix comme Jaipur ou Jodhpur, il y en a une qui possède sa propre aura : la ville d’Udaipur, située sur les rives du lac Pichola. Cette ville qui regorge d’histoire et de palaces a vu s’installer trois hôtels de luxe : le Taj Lake Palace situé sur le lac même et qui a investi l’ancien Palace du lac appartenant au Maharana, le Leela Palace et l’Udaivilas. Tous les trois sont situés à proximité.

2-Taj-lake-palace-luxury-dream-hotels-42---copiePour autant tous les responsables vous diront qu’il n’y a  pas de concurrence ici ! Et ce n’est pas faux ! Effectivement chaque hôtel a choisi son propre créneau et chacun répond aux attentes d’une clientèle différente. Ainsi le Lake Palace a un fort cachet historique, le Leela Palace est un palace de Maharadja contemporain et l’Udaivilas est plus étendu en espace et joue la carte de la nature. Chaque hôtel offre sa propre vue sur la ville d’Udaipur et sur le City Palace, résidence du Maharana, et tous sont surplombés par le Monsoon Palace, le Palais de la mousson où séjournait la famille royale en temps de pluie.  Udaipur est un endroit à part et celui qui n’a pas observé un coucher de soleil sur les vieilles pierres de la ville a raté une des merveilles dont l’Inde a le secret.

2-Leela-palace-udaipur-luxury-dream-hotels-2Nous sommes venus filmer deux hôtels : le Leela et l’Udaivilas. Malgré une chaleur impressionnante en cet été 2013, chaque site se révèle exceptionnel et l’on regrette presque de ne pas passer les trois semaines de tournage exclusivement à Udaipur, la ville que certains nomment La Venise de l’Ouest… Ici encore, on est très attaché au folklore, aux traditions et chaque soir les hôtels proposent des représentations de danses et de chants du Rajasthan. Il n’en faut pas plus pour se croire en lien avec le cœur de cette intense région, contraste parfait avec les mégalopoles citadines qui se forment autour de Delhi et Mumbai.2-Oberoi-udaivilas--uxury-dream-hotels

Et encore une fois, la constante de ce voyage, ce qui frappe le plus en dehors des paysages et du luxe des hôtels, c’est le sens de l’accueil de la population. Bien sûr on s’attend à être bien reçu dans des palaces, mais ici, la gentillesse et la bienveillance émanent des gens, nourrissent les rencontres humaines, et dépassent le simple cadre de l’hôtellerie… On ne repart jamais d’Inde indemne, c’est bien vrai.

La réserve du Tigre

Avant d’arriver au village de Sawai Madhopur qui est adjacent à la réserve de Ranthambore, il y a eu la route. La fameuse, l’infâme, la redoutable route indienne avec ses express highways, ses camions ultras colorés, ses styles de conduites anarchiques et surtout toute la vie qui s’y révèle. Motos où se juchent jusqu’à cinq personnes, femmes en sari assises en Amazone, familles en car, piétons nombreux, la route indienne est un monde en soi. Un univers de passage où la vie continue malgré tout, en témoignent les multiples stands où on prépare le chai, un thé noir très sucré mélangé avec des épices) et un repas rapide cuit en chaudron.

Les sept heures de trajet passeront plus vite que prévus, grâce surtout à notre chauffeur, intarissable sur l’histoire de la région, avec toujours une anecdote savoureuse à partager avec nous. Nous nous souviendrons longtemps de cette halte dans une coopérative où des femmes du village de Sawai Madhopur fabriquent des habits traditionnels et des tapis. Un lieu simple, un accueil chaleureux, des saris en souvenir…

3-Oberoi-vanyavilas-Luxury-Dream-hotels-2L’hôtel Vanyavilas est aux portes de la réserve naturelle de Ranthambore, Afin de préserver les environs et se fondre dans le paysage, le groupe Oberoi a opté pour des tentes au lieu de chambres. Ce qui donne à l’hôtel un aspect safari de luxe très intéressant. La nature est reine et rien n’est plus normal que de voir une famille de singes traverser les allées de l’hôtel, de rencontrer un éléphant ou d’observer des oiseaux de toutes les couleurs virevolter un peu partout.

3-Oberoi-vanyavilas-Luxury-Dream-hotelsMais la raison principale qui fait le succès de cet établissement c’est les safaris à proprement parler : les excursions de 4h en pleine réserve organisées deux fois par jour. Et rien n’est plus attendu que le fameux tigre, star de la réserve. Ils sont environs 40 au sein des 280 km2. Les statistiques varient d’un guide à l’autre, certains vous diront qu’il y à 40% de chance de voir un tigre, d’autre 20% et que, de toute façon, il faut revenir plusieurs fois… En embarquant pour notre unique safari, nous n’avions donc pas trop d’espoir de voir la bête. Et pourtant, qu’elle ne fut pas notre récompense quant au bout de 3h30, nous l’avons aperçu, un magnifique mâle, sobrement nommé T4…3-Oberoi-vanyavilas-Luxury-Dream-hotels-1

A peine le tigre apparait que toutes les voitures présentent dans la réserve se ruent pour avoir le meilleur emplacement. Soudain, c’est une centaine de véhicules qui risque de s’entrechoquer, et des cris comme lors du passage d’une star de la chanson… La vision du tigre dure à peine une minute et puis nous quittons le parc national, avec en mémoire de merveilleux souvenirs et une belle anecdote en poche.

Face à une merveille du monde

L’Oberoi Armavilas qui  nous accueille à Agra est un hôtel entièrement dédié au fameux monument qui plus que tout autre symbolise l’Inde aux yeux du monde entier. Il s’agit bien sûr du Taj Mahal. Ainsi, toutes les chambres ont une vue sur ce trésor national. D’ailleurs, pas une seule fenêtre de tout l’établissement qui ne donne pas à voir ce célèbre mausolée. Situé à environ 700 mètres du site, l’hôtel est donc le point chute rêvé pour les inconditionnels de cette merveille du monde.4-Oberoi-amarvilas-luxury-dream-hotels-2

Les grands espaces, le marbre, la soie, l’hôtel célèbre le faste des dynasties qui se sont succédées à l’ombre du Taj Mahal et cette riche histoire qui ne cesse d’attirer les touristes. On nous conseille d’ailleurs, si le temps nous le permet, de visiter le Taj vers 6h du matin : il y a alors peu de touristes et la lumière est sublime. Si 6h semble tôt, il faut savoir que les portes du Taj ouvrent à 5h30 ! L’horaire s’avère être parfait. Toutes les vues, toutes les images et toutes les descriptions qu’on en fait ne sauraient rendre justice à l’émotion de se retrouver face au Palais de la Couronne, dédié à la mémoire d’Arjumand Bânu Begam, plus connue sous le nom de Mumtaz Mahal, troisième femme de l’empereur moghol Shâh Jahân. L’accès au monument ne se fait qu’en sur-chaussures ou pieds nus : le marbre a souffert depuis les siècles et l’Etat indien a reconnu la priorité de préserver ce joyau architectural sans en interdire l’accès. Celui-ci est d’ailleurs payant : un tarif pour les Indiens et un tarif plus élevé pour les touristes… On conseille d’ailleurs aussi aux visiteurs de visiter le Taj plusieurs fois dans la journée, parce qu’à chaque lumière sa version du Taj…

De retour à l’hôtel on est rapidement rattrapé par les impératifs du tournage, parmi lesquels filmer une suite présidentielle et une piscine d’un bleu profond.4 Oberoi-amarvilas-luxury-dream-hotels-3 On a connu plus difficile comme emploi du temps ! Peut-être est-il temps de mentionner les délices de la cuisine indienne ? Les amateurs ne seront plus à convaincre mais il est tout de même important de noter à quel point la diversité des plats est étonnante. Les modes de cuissons, les viandes, la préparation des plats végétariens, tout cela forme une cuisine où explosent les saveurs et surtout les épices ! Effectivement, la cuisine peut paraitre très lourde et forte au début, mais avec le temps, on apprend à reconnaitre les subtilités et le palais s’accommode pour y découvrir une tradition aussi riche que les temples et palais qui rendent ce pays inoubliable.

Au cœur du miracle économique indien

La route entre Agra et Gurgaon sera notre dernier aperçu de la vie rurale indienne. Paysans qui font traverser leur troupeaux, vaches sacrées qui se promènent toute seules, l’imagerie est pittoresque, et il y a toujours quelque chose à voir ! Autre détail marquant : l’émergence d’écoles de commerce et d’instituts de formation de professeurs. L’Inde mise sur l’éducation qui est devenue dans ce pays une valeur primordiale. Les parents les plus défavorisés mettent le moindre sou de côté pour permettre à leurs enfants d’en bénéficier. Le paysages urbain avec ses affiches qui prônent telle ou telle école s’en ressent, les publicité arrivent même à dépasser en nombre les affiches de films de Bollywood !

Arriver à Gurgaon, située à 20 km de New Delhi, c’est découvrir une Inde en pleine expansion, une ville qui connaît une croissance inouïe. On n’y compte plus le nombre de centres commerciaux qui ouvrent chaque mois. Bref, Gurgaon, c’est l’Inde de la croissance, des centres de business, l’image urbaine d’un pays qui embrasse la modernité avec toute la force d’une population d’un milliard d’habitants.

5-Oberoi-gurgaon-luxury-dream-hotelsMoins authentique, la ville est constituée de gratte-ciels et de voies rapides. Elle est animée par une effervescence impressionnante et l’hôtel que nous filmons ici, l’Oberoi, a eu la bonne idée, bien qu’implanté en plein centre de la ville, de jouer la carte de la détente. Très design, l’établissement est un peu en retrait et sa structure intéressante lui confère un charme instantané : on monte au 5ème étage où se trouve l’accueil puis on descend pour accéder aux parties communes. Symbole d’une modernité assumée et revendiquée avec un personnel garant d’une véritable âme indienne, l’Oberoi est un hôtel étonnant. Sa façade toute en vitres et chrome se reflète dans l’eau d’un bleu profond et le soir, les torches qui s’illuminent en font un spectacle à la fois reposant et stimulant. Tout comme l’Inde, où les contradictions et les paradoxes créent une ambiance qui ne peut que dérouter le visiteur occidental. Mais celui-ci sera toujours dans un cocon particulier au sein des hôtels de luxe, havre de réconfort, où l’Inde s’appréhende avec calme et sérénité. Une expérience que notre séjour à Gurgaon a encore une fois confirmé.

Quand l’été et le voyage se terminent

C’est en plein cœur de l’enclave diplomatique de New Delhi que notre parcours s’achève. Au sein d’un quartier tout en verdure et larges voies, loin de l’agitation du centre de Delhi, entouré certes de rickshaws et taxis, mais préservé dans ce quartier privilégié où nous allons vivre la fin de l’été indien.6-Leela-palace-new-delhi-luxury-dream-hotels-4

Le Leela Palace qui nous accueille est un palais moderne, fidèle à la philosophie de la compagnie, comme une demeure rêvée d’un maharadja contemporain. Luxe des matières, des étoffes, abondance des œuvres d’arts, le Leela ne lésine pas sur les moyens, et rien que la vue du lobby de l’hôtel suffit à transporter le visiteur dans un monde de grandeur et de splendeur. Parmi les restaurants prestigieux que propose l’hôtel, l’un se distingue particulièrement : Le Cirque. Concept originaire de New-York, le Cirque mise sur une cuisine gastronomique qui mélange les traditions française et italienne. Une alliance particulièrement savoureuse dont le client peut observer la préparation puisque le clou du restaurant est une superbe cuisine ouverte. 6-Leela-palace-new-delhi-luxury-dream-hotelsEt pour la petite anecdote, nous avons eu l’honneur de déguster des plats concocté par le chef lui-même, dont une mozzarella di buffala fabriquée en Inde à la texture divinement crémeuse… Lors du repas nous avons aperçu l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Allbright, ce qui souligne le cachet diplomatique du quartier.

Mais notre plus belle rencontre fut encore à venir. Disposant d’un peu de temps pour nous, nous décidons d’arpenter une rue commerçante non loin de l’hôtel. Nous sommes les seuls occidentaux parmi une foule affairée, l’agitation est partout… C’est alors que le ciel se voile progressivement, quelques regards se dirigent vers l’impressionnante masse de nuages gris, mais rien ne trouble la population plus que ça. Et alors que nous nous demandons s’il ne serait pas temps de rentrer, la pluie s’abat sur New Delhi. Non pas seulement la pluie : la mousson. Un déluge d’eau fraîche qui annonce enfin la fin de l’été, la chaleur étouffante qui incommodait même la population indienne est terminée. Des visages radieux, heureux, un peu embêtés, une sorte de communion avec les éléments : tout le monde se réfugie sous des bâches, dans des magasins. On ressent de la joie, du soulagement.

Et peu de temps après, alors que l’averse est loin d’être terminée, certains continuent leurs chemins, croisant les premiers vendeurs ambiants de parapluies. La vie reprend après un bref arrêt pour contempler le spectacle. Et nous en faisons de même reprenant le chemin de l’hôtel, en goûtant pour la première fois à une pluie de bonheur, trempés jusqu’aux os mais avec le sourire, heureux de partager un instant la joie de toute une population. C’est sur une note trempée mais heureuse que s’achève notre périple indien, dans l’espoir d’y revenir une autre fois et d’y vivre encore plus de moments inoubliables ainsi que d’autres hôtels à vous faire découvrir…


Yvan Pierre Kaiser

Réalisateur

Yvan Pierre-Kaiser est journaliste et réalisateur, passionné de voyages, de cinéma et de photographie. Entre l'écriture et la réalisation il trouve aussi le temps d'arpenter la planète pour filmer quelques uns des plus beaux hôtels du monde pour luxurydreamhotels.com.

Plus d'articles

PARTAGER

Partagez l’experience Luxury Dream Hotels avec vos proches en utilisant les outils ci-contre

Pinterest